Je ne suis pas designer

Hervé Collignon Blog

J’étais hier soir à un diner chez des amis et comme il se doit, vient la question classique: Alors toi qu’est-ce que tu fais dans la vie?

Quand on est maçon, ou docteur ou avocat, la question suivante est géréralement suivit de: oú exerces tu? ou bien quelle spécialité? ou parfois même cela débouche probablement sur une histoire personnelle que l’on ne manquera pas de partager en espérant de l’aide. Bref, vous l’aurez compris, un maçon maconne, un docteur soigne et un avocat plaide.

Et toi qu’est-ce que tu fais dans la vie? Inexorablement un blanc s’installe. Je suis designer… ???????????

Ah oui, je vois, donc tu dessines des meubles! Non? Bon ben tu fais des logos? Non? Ben alors qu’est-ce que tu fais à part avoir de jolie chemises à fleurs (personnellement je n’en ai pas dans ma garde robe, mais il va falloir que j’y songe) et faire de jolie dessins?

Alors comment tordre le cou à l’idée systématique autant que saugrenue qui veut que le designer fasse des meubles ou des logos?

C’est là que ma femme intervient et que je rends hommage à son génie et son esprit de synthèse imbattable. Il n’y a pas à dire on est pas fait pareil.

Bien entendu j’ai expliqué que je fais du design management et que j’aide les entreprises à créer de nouveaux concepts et à innover tout en les conseillant sur leur stratégie de marque et bla bla bla… jusqu’à finir par embrouiller mon audience qui se demande finalement ce que vient faire le design là dedans et que je ferais mieux d’aller changer ma chemise, de me laisser pousser les cheveux pour me faire un catogan (ça risque de prendre du temps tout de même) tout en retournant à ma planche à dessin.

En rentrant chez nous, c’est l’inévitable discussion post diner dans la voiture. Et ma femme de prendre des pincettes pour me dire que mon explication était plus que confuse et que personne n’a rien dû y comprendre. Bien sûr j’en suis conscient, mais comment expliquer un métier qui se cherche encore et qui est loin d’avoir révélé l’étendue de ses champs d’application. Surtout si l’on n’est pas un dessinateur de logo chevronné, ou un designer industriel patenté. Ça ne parle pas!

Ma femme m’a alors donné un coup de main: « Hervé, c’est pourtant simple, les entreprises viennent te voir car elles ont un problème, et toi tu les aides à résoudre leur casse-tête par le design. Pour cela tu as des outils et des méthodologies qui sont propres à ceux du design. Tu donnes du conseil aux entreprises, voilà tout! ».

Tout à coup le ciel s’est éclairci (et c’est assez rare en ce moment pour être noté) en même temps que le sol s’est dérobé sous mes pieds. Mais alors je ne suis pas designer!? Eh bien non, je ne suis pas designer, et ça fait du bien. En revanche je connais ce metier sur le bout des doigts et il n’en reste pas moins que par les temps qui courrent, les entreprises vont en avoir fichtrement besoin au risque d’être nul part lorsque l’économie sortira du pétrin dans lequel l’ensemble de l’Europe s’enfonce.

En conclusion, à force d’avoir le nez dans le guidon, il est parfois important de savoir demander à ceux qui ont un regard extérieur sur vous.

Mais au fait, n’est-ce pas ce que je propose à mes clients?